La plante du mois d’Avril 2017

Grands voyageurs – Les explorateurs du monde végétal:

Camellia japonica, «Camélia de Pillnitz »

(Présent depuis 1801 dans le parc du château de Dresde.)

 

Voilà plusieurs siècles déjà que jardiniers et explorateurs sont attirés par le vaste monde. Si l’on en croit la légende, Karl Peter Thunberg (1743 - 1828), botaniste suédois et élève de Linné, rapporta de son voyage au Japon (1775 - 1776) quatre plants de camélia (Camellia japonica) aux jardins botaniques royaux de Kew, près de Londres. Thunberg, qui avait passé en tout un an et cinq mois en qualité de médecin au comptoir commercial hollandais de l’île de Dejima, dans la baie de Nagasaki, visita l’Angleterre en 1779 lors de son voyage de retour en Suède. Si les toutes dernières recherches génétiques ne permettent pas d’établir l’authenticité de cette légende autour de Thunberg, elles ne nous éclairent hélas pas davantage sur l’origine exacte de la plante.  

La taxonomie « Camélia »regroupe 82 espèces de petits arbres et buissons persistants de la famille des Théacées (plantes à thé), originaires d’Asie de l’Est et du Sud-Est.  

L’un des exemplaires des « souvenirs de voyage » de Thunberg est resté à Kew, tandis que les trois autres ont probablement été donnés aux jardins royaux de Herrenhausen, à Hanovre, au château de Schönbrunn, à Vienne, ainsi qu’au parc de Pillnitz, à Dresde. On peut aujourd’hui supposer que le « Camélia de Pillnitz » est arrivé à la cour de Dresde entre 1780 et 1790.  

Dès 1801, Terscheck, le jardinier de la cour, le planta dans le parc du château de Dresde, à l’endroit où il se trouve encore de nos jours. Dès l’origine on le recouvrit l’hiver, d’abord avec de la paille et des rabanes, puis dans des maisons de bois qu’il fallait monter, démonter et chauffer selon une procédure complexe. Il fallut attendre 1992 pour que le « Camélia de Pillnitz » soit logé dans une serre mobile de conception nouvelle. Cet abri, qui mesure 13,2 mètres de haut pour un poids de 54 tonnes, permet de régler la température, la ventilation, l’hygrométrie ainsi que l’ombrage. Le camélia y séjourne durant les mois les plus froids, de la mi-octobre à la mi-mai, à une température de 4 à 6 °C. À la saison chaude, on pousse la serre, qui se déplace sur des roues, pour libérer la plante qui se retrouve alors en plein air, dans le parc.  

Ce camélia de plus de 230 ans demeuré à Dresde- Pillnitz mesure aujourd’hui 8,60 mètres de haut. Son diamètre atteint près de 11 mètres et son envergure dépasse les 33 mètres.  

Sa période de floraison s’étend de février à avril. Les innombrables fleurs du « Camélia de Pillnitz » sont des fleurs simples, d’un rouge carmin, qui enchantent chaque année de nombreux visiteurs par leur merveilleux foisonnement. Deux accès aménagés le long de la serre d’hivernage permettent au visiteur d’admirer la plante de tous les côtés. Le « Camélia de Pillnitz », dont la fleur simple est considérée dans les jardins chinois et japonais comme un symbole d’amitié, d’élégance et d’harmonie, est l’un des plus anciens exemplaires du genre et de l’espèce Camellia japonica en Europe.