La plante du mois de Décembre 2016

Avec nous, vous allez en voir de toutes les couleurs…

Camellia sasanqua – camélia de Noël

Plus que jamais en cette saison si sombre et si morose, les arbustes à fleurs originaux enchantent tout un chacun. Camellia sasanqua, généralement connu sous le nom de camélia d’automne ou camélia de Noël, présente une croissance buissonnante et bien ramifiée, déployant aussi un charme tout particulier lorsqu’il est cultivé sous forme de tronc. Son feuillage est persistant et sa feuille, largement elliptique et au bord dentelé, affiche un vert sombre et brillant. Camellia sasanqua est une plante d’ornement extrêmement rustique, qui résiste donc bien au gel et se prête particulièrement bien à la culture en pot. Outre leur joli feuillage d’un vert sombre, les camélias nous séduisent aussi et surtout par leur fleur. Une seule plante de cette espèce placée sur un gazon, entourée d’un tapis de pétales tombés et éclairée par un projecteur sera du plus bel effet.

Avec leur effet floral particulièrement discret, les variétés à floraison précoce comme Lonicea x purpusii ou Chimonanthus praecox offrent un excellent complément aux Sasanquas. Camellia sasanqua et ses diverses variétés supportent le plein soleil. Leurs fleurs, légèrement parfumées, apparaissent dès l’automne, à partir de la fin novembre, autrement dit avant les premiers jours du printemps, ce qui est habituellement le cas chez les camélias. Les Sasanquas peuvent être taillés sans problème au cas où ils deviendraient trop encombrants pour l’espace prévu. Ils privilégient un sol bien aéré, hydrorétenteur et légèrement acide, favorisant le bourgeonnement.

Au Japon et en Chine, où ils sont connus depuis très longtemps, les camélias n’étaient pas plantés en priorité à des fins décoratives, mais pour des raisons pratiques. Leurs feuilles étaient traditionnellement récoltées pour en faire du thé. À partir des graines ou des noix, on produisait de l’huile de graines de thé que l’on utilisait entre autres pour s’éclairer, comme lubrifiant, pour la cuisine ou encore pour fabriquer des cosmétiques. L’huile de semences de thé possède un pouvoir calorifique très supérieur à celui de toutes les autres huiles alimentaires rencontrées au Japon. Camellia sasanqua doit son nom à Carl Peter Thunberg (1743-1828), médecin et botaniste suédois, qui était un protégé de Linné. Thunberg avait visité le Japon de 1775 à 1778 lorsqu’il était au service de la Dutch East India Company. Dans son Flora Japonica, publié en 1784, il décrit ainsi nombre de plantes qu’il avait vues au Japon. D’autres espèces de camélias, telle que Camellia reticulata, une variété rare, furent rapportées de Chine en Occident, entre autres par le capitaine Richard Rawes de l’East India Company. Par sa rareté et son prix, cette plante était toutefois réservée à l’élite que constituait alors l’aristocratie. Le genre Camellia regroupe plus de 200 espèces, y compris Camellia sinensis (le thé). C’est en 1869 que des marchands néerlandais importèrent en Europe les premiers exemplaires de Camellia sasanqua, une espèce jusqu’alors inconnue en Occident. Outre Camellia sasanqua, on trouve également aujourd’hui dans le commerce quelques variétés de Sasanquas particulièrement élégantes:

  • 'Cleopatra': fleur rose, semi-double
  • 'Hino de Gumo': fleur blanche, simple, à bord rose
  • 'Kanjiro': fleur rose sombre à faible densité
  • 'Yuletide': fleur rouge, simple, à étamines jaunes