La plante du mois de Mai 2017

Le bal du Premier Mai sous le tilleul du village – Tilleuls à danser et tilleuls étagés

Rencontre entre tradition séculaire et usages contemporains

La présence de « tilleuls à danser », « tilleuls étagés » ou « tilleuls taillés » est attestée dès le 10e siècle de l’Allemagne du Nord et de l’Allemagne moyenne à la Suisse. Jusqu’au 20e siècle, ces arbres historiques au port impressionnant étaient intimement liés à l’histoire du village, où ils servaient fréquemment de lieu de rassemblements et où l’on rendait la justice. La « piste de danse » d’un village se trouvait sous le tilleul, mais aussi, pour partie, dans l’arbre lui-même. Parmi les tilleuls étagés, ceux dont on avait construit des plateformes dans les branches forment un groupe à part. La piste de danse y était aménagée dans la partie la plus basse de l’arbre, laquelle était, selon certaines croyances mythologiques, destinée aux humains. On installa de grands et solides échafaudages de bois ou des colonnes de pierre pour soutenir les scènes, de manière à pouvoir y accueillir à la fois les danseurs et un orchestre au grand complet. Les bals y avaient généralement lieu au début du mois de mai. Martin Luther évoque déjà le tilleul comme arbre à danser et arbre de joie (Laudert, 2003).  

La coutume trouve son origine dans des rituels printaniers pratiqués par les Germains, qui voyaient dans cet arbre un symbole de fertilité et de croissance. La magie du tilleul, son parfum, l’intuition de ses branches verdoyantes et d’une nature en plein éveil sont des expériences sensorielles auxquelles même l’homme moderne ne demeure pas indifférent.

C’est à Schenklengsfeld (dans le Hesse), à dix kilomètres environ de Bad Hersfeld, que l’on trouve aujourd’hui un grand tilleul (Tilia platyphyllos) qui est aussi, selon toute probabilité, le plus vieux d’Allemagne avec plus de 1 275 ans. Il s’agit ici d’un exemplaire impressionnant de tilleul à danser « taillé » au fil des siècles. La justice fut rendue pendant des siècles sous ce tilleul. À l’origine, il y avait aussi à proximité un pilori où l’on exécutait les peines. Les brigands condamnés étaient enchaînés une ou plusieurs heures, voire un ou plusieurs jours, à un pieu planté sous ce tilleul, ce qu’atteste la découverte de fers qui servaient à attacher les condamnés au pilori. Cet arbre est classé monument naturel en raison de ses particularités.

Certains agenceurs contemporains de réputation mondiale se sont emparés du thème « tilleuls à danser ». C’est ainsi que sept tilleuls étagés Tilia intermedia d’une circonférence de tronc de 70 à 80 cm, qui ont récemment quitté les pépinières Bruns, se dressent désormais sur la place du marché de Villeneuve-le-Comte, près de Paris.

(1. photo, tilleul, Schenklengsfeld, la Hesse et photographe: Conrad Amber)