La plante du mois – Octobre 2017

Un Américain avec des racines dans l'Ammerland, en Basse-Saxe – Picea omorika ‚Pendula Bruns‘

Les Américains les adorent –les conifères pleureurs et toutes leurs variations. Les productions de grande envergure de Picea omorika ‚Pendula Bruns‘ dans les entreprises renommées témoignent de la popularité de ces formes à port pleureur. En 2017, ce cultivar a été élu Conifère de l'année par l'American Conifer Society. À l’instar de Picea omorika ‚Pendula‘, cette sélection se distingue par son port élancé avec un rameau central érigé et des branches fortement retombantes. Contrairement au Picea omorika ‚Pendula‘, la variété ‚Pendula Bruns‘ arbore un port encore plus compact et tortueux et des rameaux plus denses. Le feuillage en aiguilles est persistant, brillant présentant deux larges bandes blanches de stomates sur le dessous. Une plante intéressante avec une histoire passionnante pour de nombreux emplacements.

Le nom de l'espèce omorika vient du serbe et signifie épicéa. Découverte près du village de Zaovine sur le mont Tara en 1877, l'espèce a été décrite pour la première fois par Josif Pančić, médecin serbe, botaniste et premier président de l'Académie serbe des Arts et des Sciences. En Serbie, cette plante a été baptisée „Épicéa Pančić" en son honneur (Pančićeva omorika). Des graines furent envoyées pour la première fois en 1881 à la pépinière Otto Froebel à Zurich qui les cultiva.

Le bulletin annuel des communiqués de la Société Allemande de Dendrologie mentionne dès 1929 les formes végétatives particulières du Picea omorika. Il y est fait référence entre autres au Picea omorika pendula Schwerin : de longs rameaux retombants, tronc érigé, DGG, 1919.

Il est possible de retracer les origines du Picea omorika ‚Pendula Bruns‘ jusque dans la région de l'Ammerland au nord de l'Allemagne. Les graines originales de Picea omorika étaient rares et chères dans les années 1920. Heinrich Bruns, jardinier en chef à Westerstede était stationné en Serbie durant la Première Guerre mondiale. Grâce à ses relations, il reçut un lot de graines durant l'inflation. Les premières plantules furent commercialisées en partie à des fins forestières.

Parmi elles se trouvaient déjà des formes végétatives à port pleureur. Heinrich Bruns en reconnut la valeur et multiplia ces sélections de plantules par greffage. Cette sélection fut mise sur le marché pour la première fois en 1955 par la pépinière H. Bruns de Westerstede sous la dénomination Picea omorika ‚Pendula Bruns‘. Divers contacts – notamment avec des jardineries américaines telles que F.W. Schumacher à Boston et également avec l'université de Harvard à Boston – ont contribué à la popularité indéfectible de ce cultivar parmi les entreprises américaines.

Dans la pépinière Johann Bruns à Bad Zwischenahn, les jardiniers ne restèrent pas non plus inactifs dans le domaine de la sélection de plantes dans les années qui suivirent. En 1965, lors de travaux de nettoyage effectués sur un terrain de la pépinière appelé "Terre inconnue" dans les environs de Bad Zwischenahn, Georg Hinrichs, maître jardinier, découvrit ce qu'il appela un "estropié", une forme à port pleureur de Picea omorika – la plante à l'origine des futurs spécimens de Picea omorika ‚Pendula Bruns‘ de la pépinière Bruns à Bad Zwischenahn. La plante mère se trouva encore longtemps dans l'arboretum où fut réalisée l'ancienne multiplication de Bruns à Rostrup. Quelques plantes de cette origine se trouvent encore dans les jardins privés de l'Ammerland et déploient aujourd'hui fièrement leur taille imposante.